En France, nombreux sont les foyers qui fonctionnent au gaz pour se chauffer, se nourrir ou autre. Aussi, il n’est pas rare de croiser près des stations d’essence, ou en grandes surfaces des bouteilles et bonbonnes de gaz destinées à des usages domestiques. Si l’on sait connaît bien le gaz propane, ou encore le gaz butane, il y a cependant deux types de gaz que l’on a du mal à différencier. En effet, le gaz de ville et le gaz naturel sont souvent confondus puisqu’il est assez simple de faire un amalgame entre les deux. En effet, si vous regardez sur votre facture d’énergie, votre fournisseur de gaz peut mentionner, au choix, un de ces deux types de gaz. Aussi, on pourrait croire que ces deux gaz sont deux choses tout à fait différentes. En fait, oui et non, alors, si vous aussi vous voulez y voir un peu plus clair et savoir quel gaz vous utilisez vraiment, on vous dit tout !

Le gaz de ville : ancêtre de notre gaz actuel

Le gaz de ville est en fait une appellation datant de plus de 40 ans. En effet, à cette époque, ce que l’on nommait gaz de ville était le gaz que l’on utilisait pour se chauffer ou encore pour s’éclairer. En effet, l’éclairage urbain était lui aussi fourni par ce gaz de ville qui alimentait les bons vieux réverbères. Ce gaz de ville affichait une composition bien particulière puisqu’il était composé de monoxyde de carbone et de dihydrogène. Ce gaz était donc à ce titre un gaz très polluant, mais aussi très néfaste pour la santé en cas d’inhalation. Enfin, ce gaz était inodore, ce qui augmentait le risque d’intoxication puisqu’il était indétectable. Aussi, face au risque sanitaire que supposait ce gaz de ville, la France a petit à petit changé la composition du gaz de ville. Ainsi, la toute dernière usine à gaz de ville ancienne ferma ses portes en 1971 pour faire place au gaz naturel, au nouveau gaz de ville. 

Le gaz naturel : le nouveau gaz de ville 

Ce nouveau gaz de ville appelé gaz naturel affiche des composants tout autre que l’ancien gaz de ville. En effet, ce dernier est majoritairement composé de méthane et, il est donc à ce titre beaucoup moins polluant, mais surtout beaucoup moins toxique pour les foyers. De plus, afin de prévenir tout accident domestique lié à une intoxication au gaz, les autorités ont décidé de rendre ce nouveau gaz de ville détectable. Aussi, au moment de sa transformation, on y injecte du tétrahydrothiophène, qui est une molécule odorante pour le rendre détectable auprès des usagers en cas de fuites ou autres. Enfin, le pouvoir calorifique de ce gaz est nettement supérieur à celui de son prédécesseur. 

Finalement, sachez que le gaz de ville, donc le gaz naturel, n’est pas le même gaz que vous trouvez dans les bouteilles de gaz de butane ou de propane. En effet, quand on achète du gaz en bouteille, ce dernier est directement issu de raffineries. Les bouteilles de gaz sont donc plus polluantes et leur pouvoir calorifique est plus faible que celui du gaz naturel !