À la date du 26 septembre 2021, 19 884 148 certificats qualité de l’air avaient été commandés selon le Ministère de la Transition Écologique. Un certificat désormais obligatoire pour circuler dans certains territoires ou villes de France lors d’épisodes de pollution, à l’exemple de Paris, Lyon ou encore Annecy.

Développer l’automobile propre, enjeu de la transition écologique

Développer l’automobile propre est l’un des enjeux de la transition écologique. Or, il est possible de constater des dépassements réguliers des valeurs limites réglementaires des polluants atmosphériques. C’est notamment pour cela que le certificat qualité de l’air, plus connu sous le nom de Crit’Air a été mis en place. Celui-ci permet de favoriser les véhicules les moins polluants lors des épisodes de pollution conduisant à des restrictions de circulation. Il existe aujourd’hui six classes de Crit’Air. Cette classification varie en fonction du type de véhicule, de sa motorisation et de la norme européenne relative aux émissions polluantes. Une classe est par ailleurs réservée aux véhicules électriques.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la qualité de l’air en milieu urbain passe aussi par la démocratisation des moyens de transports doux ou ayant un impact réduit sur l’environnement. À ce titre, la marque Renault ambitionne d’avoir 90 % de véhicules électriques en 2030. Au 1er avril 2020, la France comptait 312 767 véhicules électriques et hybrides rechargeables en circulation. Les immatriculations de voitures personnelles avaient d’ailleurs considérablement augmenté puisqu’une progression de 146 % était notée par rapport au premier trimestre 2019.

Les avantages de la voiture électrique

La voiture électrique propose de nombreux avantages à ses utilisateurs, En effet, si elle peut paraître chère à l’achat, l’État propose jusqu’à 11 000 euros d’aides pour franchir le cap. Et pour les plus frileux, louer un véhicule électrique est également possible. Le prix plancher pour une location est de 7 037 euros pour une longue durée, soit 37 mois et 22 500 kilomètres. Enfin, les économies ne sont pas négligeables puisqu’elles sont de 2 à 3 euros pour 100 kilomètres contre 6 à 8 euros pour un véhicule thermique.

Ces moyens de transports sont également plus silencieux puisqu’ils produisent seulement 56 décibels en ville, ce qui est comparable au bruit d’un lave-vaisselle. Posséder une voiture électrique, c’est pouvoir la recharger dans l’une des 27 600 bornes publiques en plus de le faire chez soi.

Les véhicules électriques sont bien évidemment plus écologiques que les véhicules à essence ou diesel. Ils sont ainsi 2 à 6 fois moins polluants qu’un véhicule thermique, et ce, sur l’ensemble de son cycle de vie. Par ailleurs, 80 % des composants de sa batterie lithium est recyclable.